Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada - Treasury Board of Canada Secretariat
Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels


Profils

 Alex BielakProfil : Dr. Alex Bielak

Mettre en pratique les connaissances scientifiques

Alex Bielak, directeur de la Liaison en sciences et technologie d'Environnement Canada, affirme qu'en ce qui a trait à la durabilité de l'environnement son équipe travaille à établir le contact entre ces deux groupes.

« Il peut s'avérer difficile d'établir une compréhension mutuelle entre les scientifiques et les décideurs, tant ils viennent d'horizons divers avec des priorités distinctes », déclare Alex.

Ce que fait l'équipe d'Alex se nomme application et transfert de connaissances. Ce second concept relativement nouveau est apparu dans le domaine des sciences de la santé, mais s'applique aussi bien à celui des sciences et de la technologie. Environnement Canada a récemment constaté le besoin d'activités de ce type dans son Plan pour les sciences et a donc créé le service de Liaison en sciences et technologie.

« Nous pouvons avoir
une si grande influence
sur le monde qui nous
entoure en aidant à
mettre en pratique le savoir
scientifique dans nos
vies quotidiennes. »

L'équipe d'Alex innove en mettant en œuvre ce concept dans son ministère. « Ces concepts sont encore récents dans le domaine de la durabilité environnementale. »

Transfert de connaissances

Que fait donc l'équipe d'Alex? Elle s'assure que les décideurs aient accès aux renseignements scientifiques, c'est-à-dire que ceux-ci soient communiqués aux bonnes personnes en temps opportun et dans un langage approprié au public visé. Alex et son équipe aident également à entretenir des relations entre chercheurs et décideurs afin qu'ils puissent collaborer à la résolution de problèmes.

« Nous voulons nous assurer que les résultats des recherches scientifiques sont communiqués efficacement », affirme Alex.

Par le passé, les décideurs n'étaient guère consultés par rapport aux études en cours. Le transfert des connaissances rassemble les deux groupes. Il établit un lien entre les producteurs et les utilisateurs de connaissances, ce qui bénéficie en définitive à la population canadienne grâce à une meilleure gestion et à une protection plus efficace de l'environnement.

Communication scientifique et technologique

Alex et son équipe utilisent le Web en tant qu'outil pour rejoindre leurs publics. Ils y ont affiché une série d'études d'impact de la recherche (http://www.ec.gc.ca/scitech/default.asp?lang=Fr&n=5B7438C1-1). Ces articles offrent des renseignements concis sur divers enjeux environnementaux d'intérêt particulier, tels la détection de déversements d'hydrocarbures sur des terrains accidentés ou l'évaluation de l'effet des drogues rejetées dans notre environnement.

Son équipe produit aussi des bulletins internes ou externes pour tenir la population au courant des derniers développements touchant aux enjeux les plus importants dans le domaine, comme ceux concernant les sciences de l'eau ou le smog. Le groupe d'Alex aide maintenant à réorganiser le site de Sciences et technologies d'Environnement Canada (www.ec.gc.ca/scitech ).

« Dans un sens, il ne s'agit pas simplement de diffuser de l'information, mais plutôt de transmettre une variété de renseignements à des publics précis. Notre travail cible de près les utilisateurs de renseignements sur les sciences et les technologies de l'environnement », affirme Alex.

Des avantages pour la population canadienne

Une des tâches d'Alex consiste à travailler avec des professionnels de la communication afin de faire connaître les réussites d'Environnement Canada à la population canadienne ainsi qu'aux publics spécialisés. Par le biais d'études de cas, son équipe expose le problème de façon claire et concise, en plus de décrire ce que les chercheurs ont fait pour trouver une solution, d'expliquer comment cette recherche a eu des répercussions sur les approches ou règlements de gestion ou de montrer de quelle façon cette solution offre des avantages directs pour la population canadienne.

Par exemple, une histoire de pollution fécale de l'eau montre que les techniques judiciaires comme l'analyse d'empreinte génétique de E. coli dans des échantillons d'eau peuvent être utilisées pour identifier les sources spécifiques de ce type de pollution. Cette technique appelée suivi des sources microbiennes (SSM) est précieuse pour les gens qui doivent enquêter sur la pollution de l'eau et assurer la médiation en cas de conflits. Les connaissances acquises par le biais de la recherche en SSM aideront également à l'élaboration de meilleurs plans de protection pour les écosystèmes aquatiques, tels qu'exigés dorénavant par de nombreuses autorités gouvernementales canadiennes.

Innover

Alex a remporté plusieurs prix pour son travail. Récemment, l'université de Waterloo, son alma mater, l'a nommé parmi 50 anciens étudiants pour ses réalisations académiques et professionnelles ainsi que pour avoir contribué au bien-être de sa communauté. Son équipe a aussi aidé l'Institut national de recherche sur les eaux à obtenir une reconnaissance au niveau international pour son site Web, devenant le site le plus utilisé au monde en matière de recherches sur l'eau.

« Je suis excité de faire partie de ce domaine émergent qu'est le transfert de connaissances. Nous pouvons avoir une si grande influence sur le monde qui nous entoure en aidant à mettre en pratique le savoir scientifique dans nos vies quotidiennes », déclare Alex.


  • Suivant : David Boudreau and Reid Mulligan dit : « L'OPIC est souvent la seconde étape obligée de la chaîne de créativité qui bâtit l'économie du savoir au
    Canada. »
  • Voir tous les profils